A sec

Ce n’est pas que je n’ai plus d’idées.

Ce n’est pas que je ne vous cause plus, comme on disait dans la cour d’école.

C’est juste que l’opération mitraillette mentale s’est terminée en un immense épuisement, physique et psychique. Que les mots que j’écris ne me conviennent pas. Que j’ai à peine le courage de m’y coller un quart d’heure avant de renoncer.

Dans ma tête, les charpentes de billets sont là, solides – mais je n’arrive pas à les habiller de manière satisfaisante, le résultat me paraît toujours un peu moche, surchargé comme une façade rococo ou insipide comme une tôle d’entrepôt.

Peut-être que c’est vrai, peut-être aussi que mes jugements sont plus sévères. J’ai même plusieurs fois renoncé à commenter chez les copines parce que j’avais l’impression que mon message n’apportait rien.

Il y a aussi le monde autour, qui me met en rage et m’inquiète, qui me donne envie de vous parler de démocratie, de dissonance cognitive et du bon côté de l’histoire, sans avoir le courage d’écrire tellement ça me secoue.

Et puis ce tourbillon d’émotions qui couvent sous la surface apaisée, qui rejaillissent pour un rien et se déguisent en tout et n’importe quoi, avec pour seul effet durable de me laisser KO.

Parce qu’on y revient, à cette fatigue. Qui me recolle au lit pour des siestes interminables (râpé pour les conseils du Pr. Lejoyeux !), qui me met en retard sur l’entretien de l’appartement, qui me fait renoncer à sortir, que ce soit pour une réunion ou un déjeuner entre copains, qui m’empêche de lire des livres parce que je n’arrive plus à suivre…

Je crois que je suis passée en mode « économie d’énergie », comme mon téléphone : on ne garde que les fonctions de base, on ferme tout le reste pour le moment, on verra plus tard pour les mails et les podcasts, pour le moment le but c’est de rester joignable le temps de rentrer à la maison avant l’extinction forcée à 3% de batterie.

J’ai été très touchée par vos commentaires sous mon dernier article (auxquels j’ai enfin répondu, et même à ceux du précédent !), et par les petites pensées de certaines qui sont venues aux nouvelles. En gros, je vais bien, je suis simplement très fatiguée. Pas en mode rechute, je le répète. Juste en mode oscillation un peu plus ample que d’habitude, qui nécessite un peu de temps pour la réadaptation après la secousse.

Je pense à vous qui me lisez, que je lis avec plaisir, en espérant que vous aurez la bienveillance de ne pas m’en vouloir de cette petite éclipse. Je vois bien que je ne suis pas la seule à prendre ce petit recul pour concentrer les forces restantes en attendant les beaux jours.

Il n’est pas impossible que la semaine prochaine je revienne remontée à bloc avec 3 articles et 50 commentaires, je ne jure plus de rien. Mais en attendant, sachez que je ne vous oublie pas, parce que ce blog, c’est une vraie petite bulle de bonne énergie pour moi, grâce à vous. Alors avant de laisser mes yeux se fermer comme ils me supplient de le faire, je vous dis à très bientôt !

Publicités

5 réflexions sur “A sec

  1. C’est vrai qu’en ce moment la météo et l’actualité incitent plus à hiberner qu’autre chose. Alors recharge bien tes batteries, je t’assure que nous ne t’en voudrons pas de prendre ton temps pour revenir en pleine forme 🙂
    (Et pour le coup, voici un commentaire qui ne sert strictement à rien, mais je t’en prie c’était avec plaisir :-P)

    J'aime

  2. Prend ton temps, repose-toi. Nous attendrons avec patience que ton énergie soit revenue, que les mots retrouvent leur chemin, pour avoir le plaisir te lire à nouveau.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s