En route vers le vert ! Avec un (petit) cadeau et un concours (piégé) dedans :)

Bon, après quelques billets un peu sérieux [j’ai enfin (!) répondu à vos enrichissants commentaires sur le précédent d’ailleurs], je vous propose un quelque chose de moins lourd à digérer, avec des bonus à la fin ! Aujourd’hui, je vous offre une petite mise à jour un mois après mon premier bilan écolo.


Alors, on en est où côté verdure ?

La rédaction du premier article m’a vraiment motivée pour essayer de diminuer un peu notre impact négatif sur l’environnement. Le but n’est pas de faire la maligne avec mes progrès (enfin un peu quand même :p ) mais surtout de montrer comment il est possible d’avancer sans trop se compliquer la vie ou se vider le porte-monnaie, preuve que c’était surtout parce que je m’était pas vraiment penchée sur le sujet que je n’en faisais pas plus. Bon, on peut aussi rajouter le petit côté maniaque qui a bien accéléré le processus…

Je vous propose de reprendre les catégories de la dernière fois pour voir le chemin parcouru en un mois et ce qui reste à faire.

  • Le jetable : je crois que c’est là que ça a le plus avancé, tout simplement parce que j’ai pris les choses en main.

– Côté maison, c’est fait, on a laissé tomber le Sopalin, remplacé par des lingettes en tissu maison.

L’effort : déchirer un vieux drap destiné au recyclage en plein de petits carrés, que je repasse (quand je sors le fer pour la couture) et range dans un joli panier pour les distinguer des lingettes usagées

Le bilan : complètement adopté ! je n’aurais pas imaginé que mon mari serait aussi séduit, mais le jour même c’était réglé pour lui. Et regardez moi comme c’est mignon :IMG_20170207_124536064[2584].jpg

– Ma phobie des éponges cracras m’a aussi guidée vers une petite solution toute bête pour prolonger leur durée de vie et diminuer notre consommation. Je pense que beaucoup de gens ont une rotation des éponges chez eux, variation autour du parcours « vaisselle – plan de travail – trucs crados à l’intérieur – trucs ignobles dehors ». Mais j’avais un mal fou à organiser cette rotation pour qu’on se souvienne qui est qui, et ça me semble du gâchis d’acheter des versions différentes en essayant d’expliquer le code couleur à mon mari poisson rouge. Donc mon astuce : quand l’éponge à vaisselle est trop craspouille et délitée pour la vaisselle, je couds un petit fil coloré dedans, comme ça tout le monde sait qu’elle vient de passer au chapitre suivant de sa vie d’éponge.

– Ça y est, j’ai craqué, j’ai acheté une coupe menstruelle. Sur les conseils de Chat-mille qui a dit que ça faisait venir les bébés (recette à confirmer), j’ai sauté le pas.

L’effort : une recherche laborieuse pour trouver un revendeur physique parce que je ne suis pas la reine de l’achat sur internet. Sauf que la 4ème pharmacienne interrogée m’a indiqué qu’ils en vendaient à Monoprix !

Le bilan : j’attends sans impatience le prochain jour 1 pour donner mon avis, en espérant que ce sera dans un an, mais sinon, je vous tiendrai au courant !

 

  • La nourriture qui fait mal à la planète et à la santé (oui, je reprends la trame, mais je suis d’humeur à changer les intitulés) : en progrès mais peut mieux faire.

– Les bons petits plats maison, ou la fin du grand méchant « prêt à l’emploi » : là-dessus, on a fait un certain nombre d’efforts, mais je constate combien le courage de faire à manger dépend de notre état de fatigue, du coup c’est à peu près aussi en dents de scie que mon moral. Mais quand l’énergie est là, quel bonheur : cuisiner, c’est finalement assez créatif et plaisant, le résultat est souvent bon (ou « intéressant » au moins 😉 ) et à la fin je me sens fière de moi.

– Les déchets liés à la nourriture ont donc changé de forme, moins de plastique, plus de pelures. La suite est évidente : il faut composter ! Ben oui, mais mon mari et moi, on est plutôt des vegetal killer en série, qui ne savent pas garder une plante plus de quelques mois, donc que faire de tout ce bon engrais ? Si vous avez des idées, je prends et on se lance !

– Le bio : alors là, c’est le porte-monnaie qui a tranché : ce n’est pas tenable à tous les étages. Donc on fait ça au coup par coup, de toute façon je voudrais approfondir le bilan sanitaire et environnemental du bio avant de trouver notre modus vivendi, pour optimiser les effets bénéfiques de cet investissement supplémentaire (pour nous et pour la planète)

– Un petit mot un peu anecdotique au passage : j’essaie de faire très attention à éviter l’huile de palme, parce que récemment, je suis tombée sur quelques vidéos d’orangs-outans qui montrent sans aucun doute possible que ce sont des êtres conscients et sensibles, et ça a suffi à me convaincre de ne plus participer à la destruction de leur habitat. (Oui, il y a beaucoup d’autres combats, mais celui-là a pour moi un visage incroyablement expressif) PS : je viens de voir que l’huile de palme se cachait dans tous nos produits quotidiens, y compris le savon, et qu’elle avait le meilleur rendement à l’hectare qui soit, donc la bonne solution serait l’huile de palme de forêts raisonnées… Pas simple !)

 

  • Les perturbateurs endocriniens : contrairement à ce que j’avais imaginé, c’est dans la salle de bain que le changement est passé le plus vite, alors que la cuisine reste un peu en retrait.

– Fini les cosmétiques en plastique et les crèmes au n’importe quoi ! Moi qui avais des doutes, j’ai adopté SANS AUCUN REGRET le savon en pain et le shampooing solide – après avoir passé une demi-heure à les choisir, certes, mais je suis ravie du résultat. Pour le déo, je suis sur la solution bâtarde de la pierre d’alun, mais je voudrais lâcher complètement les composés aluminium… à voir pour la suite.

– Côté visage, pour le nettoyage, j’étais déjà centrée sur le gommage mécanique donc pas de changement. Par contre pour l’hydratation, je suis passée à la version épurée : huile non comédogène allongée d’huile essentielle selon les besoins, et eau florale si nécessaire. Le résultat n’est pour l’instant ni pire ni meilleur sur mon acné de trentenaire (qui après m’avoir laissée en paix toute mon adolescence, a décidé de s’inviter pour ma vie d’adulte, heureusement un mois tout juste après mon mariage !) donc ça me convient !

– Dans nos assiettes, comme je vous l’ai dit, moins de tout fait, mais pas que du bio, donc on dira qu’on met la moyenne mais pas plus…

 

  • La consommation éthique et durable : dur dur de juger sur des achats moins quotidiens, mais j’ai l’impression d’avoir quand même suspendu cet écriteau dans un coin de notre esprit. On se pose deux fois la question avant d’acheter quelque chose pour savoir si c’est nécessaire et combien de temps ça servira, même si en ce moment on se fait des petits plaisirs sur l’aménagement de l’appartement (après 18 mois, c’est pas trop tôt) – mais on mise sur le fait maison (vive les lubies bricolage et couture !), ça squeeze au moins l’étape « exploitation de travailleurs sur les chaînes d’assemblage », même s’il reste toujours les matières premières…

Voilà voilà pour ma petite vie. Si comme moi vous vous disiez qu’il faudrait faire un peu plus sans vraiment avoir le courage de vous lancer, ce modeste témoignage vous permettra peut-être de vous dire que les petits riens ne sont pas si difficiles à mettre en œuvre (la preuve : j’ai réussi !), et même s’ils ne changent pas le monde, ils ajoutent quelques gouttes à la grande rivière du vert. Évidemment, je n’ai pas l’intention de me reposer sur ces lauriers maigrichons, on peut toujours faire mieux !

Mais je sais bien que ce n’est pas pour ça que vous avez lu jusqu’ici, alors sans plus tarder…


Le (petit) cadeau

C’est un mot d’Aileza* sur son charmant voisin qui m’a motivée à partager cette petite initiative personnelle, puisque je constate que je ne suis pas la seule confrontée à ce genre de problèmes.

* Promis je ne te ping pas pour la notoriété, ton engagement m’inspire 🙂

Dans ma ville, malheureusement, les dépôts sauvages d’ordures sont monnaie courante, et la fréquence des emménagements dans ce quartier tout neuf (plus de 10 par week-end !) n’a pas aidé, avec les montagnes de cartons à jeter à chaque fois. Le résultat est assez navrant, des monceaux de déchets sur le trottoir qui traînent pendant des jours avant le passage des services propreté…

Il y a aussi les mauvaises habitudes des copropriétaires, qui ne cessent de laisser leurs encombrants au mauvais endroit, d’abandonner leur verre dans le local poubelle alors qu’il y a un conteneur à 50m, qui posent leurs cartons devant la boite au lieu de les mettre dedans…

Bref, les poubelles, chez nous, c’est le grand n’importe quoi, et ça m’agaaaace ! Donc il y a quelques mois, j’ai créé ces affiches, que j’ai posées dans le local poubelles de l’immeuble et aux endroits de dépôt sauvage dans la rue.

bannière-20.png

L’efficacité a été très faible, mais je considère cette étape comme un tir de sommation avant de devenir méchante, comme le bénéfice du doute (« vous avez fait une erreur ? c’est sans doute parce que vous ne saviez pas ! ») avant de considérer que les gens le font exprès et d’aller vider leurs ordures sur leur paillasson (comme proposé par un copropriétaire). Donc mon merveilleux cadeau du jour, c’est la possibilité pour vous de télécharger en haute résolution les éléments graphiques de cette campagne pour illustrer vos propres affiches avec les règles en vigueur chez vous, à l’intention des voisins têtes-en-l’air ou sérieusement irrespectueux.

Le téléchargement se fait tout simplement en cliquant sur les vignettes ci-dessous puis avec un clic droit et « enregistrer l’image ». (Le fond peut apparaitre en noir, mais il est en fait transparent pour bien supporter la mise en page)

J’ai mis une petite signature en bas, que je vous remercierais de ne pas effacer, mais pour le reste, si ça vous inspire, allez-y, reformulez, bricolez, améliorez ! En plus vous verrez, comme ce n’est pas (trop) passif-agressif ou  juste agressif (comme les petits mots qu’on trouve en général), ça fera de vous le héros secret de la copro – en tout cas c’est ce qui nous est arrivé !

Bon, ça y est, vous êtes dégoutés par ce cadeau en bois (même pas, en carton… ou pire, en papier !) ? Alors passons à l’étape suivante !


Le concours piégé

– Comment ça, piégé ? Mais purée, elle veut que tout le monde se désabonne ou quoi ?

Alors non, chère compagnie, c’est juste que c’est un concours pas tout à fait comme les autres. En général, les concours, ça sert à gagner des abonnés, sur le mode « Pour participer, like-moi sur FB ou abonne-toi à ma chaîne« . Pas celui-ci (enfin, si vous voulez vous abonner, c’est sympa, je ne vais pas vous en empêcher non plus !). Mais mon objectif dans cette affaire, c’est de faire de la R&D, ou moins pompeusement, d’améliorer mon « produit ».

– Raah, mais accouche, dis nous ce qu’il y a à gagner, zut à la fin !

Vous vous souvenez peut-être, dans mon précédent billet écolo, de ma petite invention, le Croc’Poubelle (presque TM). Pour mémoire, il s’agit d’une petite pochette qui cache un gant pour ramasser les déchets dans la rue sans se salir les mains ni pourrir son sac.

Eh bien j’aimerais continuer à le peaufiner pour en faire quelque chose, peut-être juste mettre un patron en ligne, peut-être en vendre si ça intéresse des gens… Donc ce que je vous propose aujourd’hui, c’est de gagner en exclusivité un Croc’Poubelle expérimental, avec 2 conditions de participation :

  1. S’engager à ne pas essayer de le copier pour le moment.
  2. S’engager à l’utiliser pour de vrai et à me faire un petit retour d’évaluation par mail, sur ce qui est bien et moins bien (j’ai un mini-questionnaire prévu avec les points qui me préoccupent). En échange, vous serez crédité(e) si ça devient l’invention de l’année – on peut toujours rêver.

A gagner donc, un Croc’Poubelle, mais je suis teeeeeellement sympa que je vous donne le choix du modèle !

Vous pouvez opter pour cette version très élégante (mais non moins ridicule que la précédente) qui vous permettra de ramasser les ordures des autres sans vous départir de votre chic.

davdav

Ou alors vous pouvez choisir un tissu parmi ceux-ci, et je me ferai un plaisir de vous faire un Croc’Poubelle avec, en respectant la personnalité que vous voulez lui donner grâce aux fintions.

dav

Et comme je suis un peu psychopathe (vous n’aviez pas remarqué ?), en plus des alinéas légaux relous, je vais rajouter une clause Hunger Games* à mon concours : je vous propose d’augmenter vos chances de gagner en prenant un ou plusieurs nouveaux engagements pour l’environnement (à piocher par exemple dans le défi Green Blog, mais vous pouvez innover – il ne faudrait quand même pas de malus pour les gens qui ont sont en avance, quand même !)

Chaque engagement promis (et je compte sur vous pour être sincère) mettra votre nom une fois de plus dans le tirage au sort. En gros, si vous participez sans aucun engagement, vous avez 1 chance sur le total de gagner ; si vous prenez 1 engagement, 2 chances sur le total ; 2 engagements, 3 chances sur sur le total, et ainsi de suite, (dans la limite de 5 engagements, faut pas déconner non plus).

* comment ça vous n’avez pas lu Hunger Games ?! Mais où va la culture ma pov’ dame !

Allez, après ce roman, je récapitule.

La participation inclut un accord implicite sur les deux conditions du début (ne pas copier et faire un retour). Pour participer, il faut :

  • le dire en commentaire ;
  • choisir le Croc’Poubelle chic ou un tissu pour un nouveau modèle (et me dire s’il doit être rigolo, romantique, moderne… – mais il sera toujours ridicule, on est bien d’accord là dessus !) ;
  • [facultatif] : augmenter ses chances en prenant solennellement un ou plusieurs engagements en faveur de l’environnement.

Si avec ça j’ai ne serait-ce qu’une participation, j’aurai de la chance, mais pour cette personne, c’est tout bénef’ !  😉


Voilà, on est au bout de ce billet greenitude, à nouveau il a pris plus d’ampleur que prévu, mais ainsi va la vie de ce blog – la politique de la maison, c’est 2 ou 3 billets pour le prix d’un !

J’en profite pour saluer les nouveaux-elles venu(e)s, c’est un petit bonheur de voir dans les stats que quelqu’un s’est plongé dans les archives, n’hésitez pas à commenter si le cœur vous en dit, c’est toujours un plaisir (même si je suis souvent un peu longue à répondre). Et un grand merci aussi aux fidèles, de la première ou de la 23ème heure, qui me donnent envie de continuer 🙂

 

 

 

Publicités

22 réflexions sur “En route vers le vert ! Avec un (petit) cadeau et un concours (piégé) dedans :)

  1. Moi je joue, moi je joue !!! Pour le tissus vert à étoile, je me fiche du ridicule, j’ai deux enfants de moins de 3 ans 😉
    Bon, par contre, j’aurais bien tenté d’augmenter mes chances, mais je ne vois pas trop ce que je peux rajouter comme objectif pour l’instant … quoique, réduire sa consommation de viande et réussir à instaurer une journée végétarienne par semaine (malgré le Breton qui fait de la résistance), ça compte? C’est dans mon tracker de février
    Et j’aime bien les affiches, on a de la chance, dans le quartier, il n’y a pas trop de tas sauvage, juste parfois de petits déchets qui volent au vent (et atterrisse dans notre jardin, ça compte das le challenge un déchet par jour?)

    J'aime

    1. Ah ah, c’est vrai que pour toi qui es si en avance sur les petits gestes, c’est plus difficile ! Moi qui pensait avoir un mari sacrément carnivore, je découvre qu’il ne s’en sort pas si mal puisqu’on ne mange de viande que le week end, il arrive à survivre sans le reste du temps !
      Je note ta participation 🙂

      Aimé par 1 personne

  2. Wouah c’est impressionnant tout ce que tu as mis en place en un mois. Bravo !! Le tout c’est d’y aller petit à petit.
    Et j’adore tes affiches. Elles sont vraiment top !! Je crois que je te l’ai déjà dit, mais tu es vraiment créative.
    Moi je veux bien participer à ton concours. Chez nous on fait déjà pas mal de choses de la liste du défi green. Mais notre consommation d’eau est vraiment à maitriser au quotidien je trouve. Dans notre future maison on a prévu de mettre en place un réservoir pour récuprérer l’eau de pluie de la goutière pour arroser notre jardin. Et puis j’aimerai que l’on face plus attention à notre consommation d’eau sous la douche. On n’y passe pas 1/2 h non plus mais je pense que pourrait faire largement plus attention.
    Bref il y a encore pas mal de petites choses que l’on peut encore améliorer chez nous, je vais m’y remettre pour réorganiser tout ça.

    J'aime

    1. Je trouve ça super, la récupération d’eau de pluie, en France on est assez en retard sur ce point, malheureusement. Avec un petit mousseur, vous pouvez déjà diminuer la consommation même en restant sous l’eau (enfin, personnellement, je préfère 1’30 sous le karcher que 10′ sous la bruine, mais il faut reconnaitre que c’est assez efficace)
      J’ai bien noté ta participation aussi !

      J'aime

  3. Merci pour le concours et le cadeau 🙂 . Je vis dans un pays ultra discipliné du coup c est drole j ai presque oublié ces incivilités en matière de poubelles. Chez nous c est simple (euh en fait non) nous devons trier dans pas moins de 5 poubelles différentes (compostable, papier, verre blanc, verre vert, autre) + les encombrants et toutes les bouteilles sont consignées et sincèrement j ai l impression que c est respecté par tous. Du coup je ne participe pas au concours parce que tu vas vraiment croire que je vis chez les bisounours mais je vois vraiment rarement des papiers dans la rue ! A part ca je trouve tous tes engagements très louables et tu me donnes très envie de passer aux lingettes lavables en cuisine ! La coupe menstruelle en revanche c est vraiment trop hard core pour moi… Et sinon pour la cuisine perso en cas de manque d inspiration pour des restes de légumes je suis experte des quiches de reste (avec pate maison faite en 5 minute chrono), omelettes de reste ou de soupes de reste c est toujours tres bon 😉 . Je réfléchis un jour à publier ces recettes ultra simples pour aider celles qui peut etre manquent parfois d idées.

    J'aime

    1. Ah lala, l’Allemagne ! j’ai un collègue allemand et un collègue suisse allemand, et c’est amusant de voir cette culture différente vis-à-vis des règles, qui me conviendrait beaucoup plus que « le quart d’heure toulousain », « les grilleurs de file d’attente » et « les videurs de poches sur le trottoir »…
      Pour les lingettes, franchement, ça vaut le coup, elles passent inaperçues dans le volume de lessive, et j’ai déjà arrêté de les repasser (mi-flemme, mi-économies d’énergie) donc le bilan écolo est tip top.
      Pour la coupe, j’en reparlerai, mais j’ai été assez vite convaincue malgré un rapport compliqué à la question…
      Et je lirai tes recettes avec plaisir, parce que j’ai vraiment envie de m’améliorer là-dessus (en plus maintenant, il nous arrive d’avoir des oeufs et du beurre dans le frigo, grande nouveauté de l’approche « fait maison – pour te dire à quel point on en était !)

      J'aime

  4. Dit donc, beaucoup de changement en un mois seulement, c’est super.
    J’espère que tu n’auras pas à tester avant quelques mois mais la coupe menstruelle a vraiment changé ma vie. Je ne pourrais plus revenir en arrière. Même si le test est assez comique ! Mais ça permet aussi de mieux se connaitre.
    Sinon ton affiche est vraiment très jolie et très bien faite.
    Pour le croc’ poubelle, je veux bien tenter de participer. La version originale m’ira très bien.
    Le tissus vert me fait penser à la bannière de Flora 😉

    J'aime

    1. Eh bien la coupe, essayée et adoptée, même si j’ai encore des progrès à faire pour que ça passe inaperçu dans mon quotidien !
      Dis moi, la version originale, c’est celle en noir et blanc, ou les fleurs du tout premier ? (parce qu’en fait, je n’en ai plus assez, du tout premier)
      En effet, la bannière de Flora a un petit lien de parenté avec ce tissu 😉

      Aimé par 1 personne

  5. Il faudrait aussi qu’on passe aux lingettes recyclables au lieu du sopalin, dont on use en quantité industrielle vu la quantité de choses que Choupie fait tomber par terre (oui, la déforestation, c’est nous) (et ma mère, ma mère élève des chats, les chats font aussi quantité de choses dégueus par terre), mais justement parce qu’on en use une quantité industrielle, c’est compliqué. Et puis pour ramasser le contenu d’un verre plein de jus d’orange (heureusement on a des verres en plastique, hein, sinon nos verres aussi seraient à usage unique), je ne sais pas combien faudrait en utiliser d’un coup :/ Bon, tu vas me dire, pour les gros accidents, y’a la serpillière. Faudrait peut-être qu’on investisse dans une serpillière (on en a évidemment une qui va avec le balai pour faire le ménage, mais ça n’absorbe pas comme une vraie). Bref, ça c’est à l’étude. Je suppose qu’on y viendra quand on se sentira un peu moins débordés par le quotidien (et les vomis de chats, comment on ramasse les vomis de chat, c’est très dégueu les vomis de chat, j’ai pas envie de mettre ça à la machine) (bon, ok, si je gardais un rouleau de sopalin juste pour les vomis de chat, il nous ferait certainement six mois au lieu de trois jours).

    Pour le compost, j’avais vu sur un article de Nya qu’il existait des points de collecte dans les grandes villes (qui je suppose sont ensuite utilisés pour entretenir les espaces verts ?)… Peut-être une idée à creuser ? https://www.sous-notre-toit.fr/faire-compost-mode-emploi/

    Sinon je suis ravie que tu testes mon astuce bébé 😀 Je croise fort les doigts pour que ça marche et que tu n’aies pas à t’en servir avant un bon moment. Mais dans tous les cas, à part de rares exceptions, j’ai surtout entendu des gens dire que ça leur avait changé la vie… alors de toute façon ça me semble un bon achat 🙂 (sinon moi j’en ai vu dans une grande pharmacie vers chez moi et dans l’Intermarché du coin, et pourtant comme tu le sais, j’habite dans un bled, donc c’est que ça se démocratise quand même drôlement, même si toutes les pharmacies ne sont pas encore équipées) (pour ma part j’hésite beaucoup pour la contraception post-bébé, j’avoue que toutes les histoires de septicémie me stressent de plus en plus, alors je me demande si je vais pas reprendre la confortable solution de la pilule-spécial-allaitement-qui-stoppe-tes-règles (et-accessoirement-ta-libido-mais-on-peut-pas-tout-avoir-ma-bonne-dame).

    Niveau éponges, on fait aussi un roulement (et généralement on reconnaît les éponges parce que les abîmées ont l’air… abîmées) (et puis en ce moment entre nos boulots, Choupie, et la grossesse, on trouve pas beaucoup le temps de faire du ménage, du coup on en use moins *astuce*). Par contre on s’est mis aux lingettes, et ça je sais que c’est le diable, mais c’est dur de s’en passer, ça devient vite une addiction (surtout quand tu as peu de temps pour le ménage mais que tu ne veux pas que tes meubles soient pour autant recouverts de gras/chocolat/jus d’orange dans sa version « juste quelques gouttes poisseuses parce que je sais pas boire proprement » – ayez des enfants). Mais bon, c’est pareil, on va essayer d’arrêter quand on aura moins la tête sous l’eau.

    Pour la nourriture ça va, on cuisine pas mal (enfin, mon mari :p). Et pour la douche, j’ai un gel douche 0% tout et je me lave les cheveux seulement une fois par semaine au Petit Marseillais… ça passe, non ? (où on apprend que non seulement ma maison est mal entretenue, mais qu’en plus je me lave très peu les cheveux et que je n’utilise pas de vrai savon) (promis ça sent pas le phoque chez nous) (enfin si c’est le cas, on s’en rend pas compte, en tout cas)

    Enfin, qu’est-ce que je voulais dire ? Ah oui, comme j’avais suggéré le concours pour gagner le Croc’Poubelle, même si je ne suis pas trop concours en règle générale, je serais un peu bête de ne pas y participer. Pas dans sa version chic pour moi, par contre, je suis pas chic du tout (alors si la seule chose chic chez moi était un Croc’Poubelle, ce serait quand même un peu paradoxal) :p J’aime bien le tissu bleu. Et rigolo ou romantique, ça me va bien 😉 Et je jure d’essayer de m’en servir ! On peut pas considérer que c’est déjà un engagement en faveur de l’environnement ?

    A part ça, je ne voudrais pas prendre des engagements que je me sais dans l’incapacité de tenir. Dans tous les cas, la transition « verte » se fera dans le temps (et d’ailleurs malgré quelques régressions comme les lingettes, elle est bien en route chez nous aussi), pour l’instant j’avoue qu’étant donné les décennies de pollution massive qui nous ont précédé, j’ai pas l’impression d’être à 6 mois près pour changer mes quelques habitudes un peu limites… et puis je suis VRAIMENT débordée de corps et d’esprit (si tu l’avais pas encore compris :p), alors je sais que ce n’est pas trop le moment… Tant pis pour mes chances supplémentaires :/

    Et c’est vrai que le vert ressemble à la bannière de Flora… Mais c’est peut-être fait exprès, tu lui avais pas fait un coussin avec ? Ou je confonds tout ?

    J'aime

    1. Si ça peut te déculpabiliser, la déforestation c’est nous aussi. On doit carburer à 1 voire 2 rouleaux de sop’ par semaine. C’est pas moi c’est Cosminou #mèreindigne.

      J'aime

      1. Ahah, malheureusement, à mon boulot on gâche une demi rame de papier par semaine, donc je pense que la forêt tire la tronche aussi, c’est là que je regrette de ne pas avoir mes neveux plus proche pour leur rapporter 20 pages de brouillons par jour !

        J'aime

    2. Alors je vais être honnête, on a encore un rouleau de Sopalin à la maison, qu’on utilise pour les opérations les plus dégueus selon moi, à savoir : nettoyer le fond du filtre du lave-vaisselle ou s’essuyer les mains quand mon mari mange des crevettes, histoire que ça ne pue pas pendant des jours autour du panier à lingettes sales. En vrai on pourrait bien utiliser aussi les lingettes lavables, mais il faudrait les laver tout de suite, c’est un peu de la flemme.
      Par contre, chez nous aussi c’est poisseux, j’ai un mari du genre à en mettre partout à table, et moi je renverse souvent, du coup j’ai pris l’habitude d’utiliser mes lingettes lavables en les humidifiant avec l’eau de la carafe qui est tout le temps sur la table (parce que tu sera heureuse d’apprendre que chez nous aussi, on ne lave pas énormément, et le plus souvent à l’huile de coude, je ne suis pas une grande adepte de l’antibactérien, donc eau la plupart du temps, ou eau et savon quand ça colle)
      Pour la contraception et la gestion des règles, personnellement j’ai été ravie de mon DIU, les histoires de septicémies sont des exceptions et souvent liées à des erreurs médicales (infection pelvienne non diagnostiquée, mauvaise pose). Donc il ne faut pas en avoir peur, après chaque femme et chaque couple est libre de choisir ce qui lui convient le mieux bien sûr. Mais je suis de ces ravies du DIU (qui sont je pense la majorité peut-être un peu trop silencieuse) donc si tu as des questions…
      De toute façon, il n’y aura pas de Grand Soir de l’environnement, moi j’ai eu un sursaut probablement parce que je ne suis pas assez prise de corps, mais je pense que ta sensibilité végéta/r/l/ienne vous y conduira à son rythme, et probablement que ta fille te fera la morale en revenant de l’école parce que tu es complètement en retard 😉
      Bien noté pour la participation (mais si c’est juste parce que tu as fait la suggestion, tu n’es pas obligée !)

      J'aime

  6. Ahaha je vois que le secret de ma bannière a été élucidé ! Elle a été faite avec beaucoup d’amour par AM/Ars (il va falloir qu’on te trouve un surnom) à base de ce tissus en effet (et de mon coussin).

    Du coup je vais aussi participé au concours pour le même tissus 🙂
    On essaie de faire attention à la provenance de ce qu’on mange et le gros point noir est sur les crevettes/gambas qui doivent parcourir la moitié de la terre avant d’arriver dans nos assiettes. J’adore les crevettes donc je ferme les yeux sur la provenance, mais je profite de l’occasion pour m’engager à arrêter de faire travailler des enfants dans des conditions épouvantables au Bangladesh et au Vietnam pour me nourrir.

    Chez nous on cuisine beaucoup et on achète rien de transformé avec comme seule exception la pâte feuilletée. On privilégie le local de saison au bio, tant que possible. C’est impressionnant ce que tu as réussi à faire en un mois et tes serviettes sont adorables. Je vais peut être essayé d’instaurer les serviettes tissus à table mais pas les faire moi même ! c’est trop de boulot 🙂

    J'aime

    1. Apparemment, le surnom qui vient spontanément, c’est Maëlle, parce qu’il faut bien le dire, Ars, c’est un peu « rugueux » quand même.
      C’est chouette de manger du fait maison local de saison, c’est déjà énorme, et je dois dire que c’est un grand regret de ne pas le faire, mais tant que je n’aurai pas un salaire fixe…
      J’ai bien noté que tu veux un Croc’Poubelle camouflage pour ta nouvelle déco 😉

      J'aime

  7. C’est drôle mais chez nous aussi j’ai décidé de verdifier le quotidien 😉

    On essaie de changer un peu les habitudes. J’ai décidé de passer aux carrés en tissus pour nettoyer les fesses de la Biscotte. J’en ai fait une pile avec les chutes d’éponge de mes housses de matelas à langer. Je pense en refaire encore pour les adopter comme lingettes pour mon démaquillage.
    Nous sommes également en phase de test des couches lavables, la nuit et le week end pour l’instant. Et dès que j’aurais choisi celles qui me conviennent le mieux nous adopterons au quotidien, y compris à la crèche où ils sont ouvert sur le sujet.
    Dans la salle de bain, j’ai décider de passer au gel douche et shampoing solide, là aussi il faut que je fasse un choix. Pour la Biscotte j’utilise un gel bio et équitable, à voir si je peux trouver des recharges pour mon flacon pompe.
    Nous avons aussi décidé de remplacer les coton-tiges par des oriculis.

    Dans la cuisine, il y a aussi du boulot. Mon mari et moi aimons tous les deux cuisiner donc nous utilisons essentiellement des produits bruts, au maximum locaux et parfois bio mais clairement on peut mieux faire, je trouve que nous consommons encore trop de fruits et légumes de supermarché même si je les choisis français voire même régionaux, de saison et si possible bio.
    Les produits ménagers et lessives sont écologiques mais il faudrait que nous rachetions un composteur. Le notre a rendu l’âme il y a 1 an sans que nous le remplacions.
    D’ailleurs pour l’utilisation du compost, peut être qu’il y a des points de collecte pas loin de chez toi ? Dans le quartier où je travaille il y en a un peu partout, ainsi que des potagers urbains.

    Et bien sûr, je participe au concours ! J’aime bien le tissus bleu pour un Croc’Poubelle rigolo !

    J'aime

    1. Je vois que vous avez déjà fait un sacré bout de chemin ! Les oriculis je pense que je vais essayer aussi, mais il faut que je vois où ça s’achète…
      Pour le compost, en fait on est dans une intercommunalité qui est à fond dessus, ils offrent gratuitement des lombricomposteurs, donc je pense que c’est une manière de retirer les déchets compostables de leur collecte habituelle sans les reverser dans le collectif, parce qu’on n’a pas assez de parcs pour utiliser tout ça !
      C’est noté pour le concours 🙂

      Aimé par 1 personne

  8. Et me voilà enfin… 😳
    Je m’étais promise de revenir commenter ton billet et puis je me suis laissée embarquer dans la furie de ma vie cosmique. Heureusement tu as re-publier depuis et pof ! réminiscence, je me suis souvenue.
    Bref, mise à part le sopalin, je suis plutôt une green girl^^. Et j’admire tout ce que tu as mis en place, tes affiches pour le tri sont géniales, je crois bien que je vais m’en servir.
    Concernant le Croc’Poubelle, je suivrais son évolution avec plaisir, il est tout mignon. Je ne t’en demande pas, je ne serais pas assez rigoureuse comme testeuse et Cosminou va me le piquer, c’est sûr ! Il est trop rigolo 🙂

    J'aime

    1. Ah, j’espère que tu trouveras une petite formule bien sentie pour ton voisin mélangeur, que ce soit de l’ignorance (après toutes ces années ?) ou de l’indifférence (grrrrrrrrrrrrr) ce genre d’attitudes m’agace !
      Alors pour le Croc’Poubelle, je vous ferai un retour, et en attendant, tu as intérêt à faire des marionnettes chaussettes pour ton Cosminou 🙂

      Aimé par 1 personne

  9. Comme Aileza, je laisse enfin un commentaire (enfin encore plus tard qu’elle…)… :O
    Bref. Je suis impressionnée par les choses que tu as réussi à mettre en place en l’espace d’un mois !
    Cette petite affiche est adorable ! J’adore le ton humoristique mais qui dit ce qu’il faut ! (Ca aurait bien utile dans le local à poubelle de notre ancien appart’).
    Ici, on tend vers le vert depuis quelques temps et notre changement de vie est fortement lié à cette envie de vivre « plus vert ».
    Mais il y a encore quelques points sur lesquels nous devons faire des efforts car sur certains aspects on a tendance à revenir en arrière. Et l’arrivée du Petit Haricot nous fait nous poser beaucoup de questions. (Il va vraiment falloir que je prépare ce fameux articles…) Les efforts que nous pouvons faire :
    Côté cuisine : trouver la même marque de produit vaisselle ou équivalent dans notre trou…
    Côté nourriture : petit retour en arrière suite au déménagement, nous n’avons pas encore trouvé de producteurs locaux (il y en a mais on a pas encore trouvé le moyen de nous organiser !), de magasins bio facilement accessibles à côté de chez nous. Donc, à travailler.
    Côté salle de bains : la consommation de l’eau… Je pense mettre un pommeau de douche qui permet de réduire la consommation.
    Côté toilettes : passage aux toilettes sèches programmé mais pas encore effective.
    Côté Petit Haricot : passage aux couches lavables (assez rapidement j’espère, je désespère quand je vois le manque d’information sur les couches jetables), utilisation de lingettes lavables (et gants de toilettes).
    Sinon, j’adore la version déjà faite de ton Croc’Poubelle ! Et e tissu noir avec les pois est trop joli aussi !!! Il pourra m’être utile lors de mes virées citadines 😉

    J'aime

    1. C’est vrai que les possibilité ne sont pas les mêmes pour certains petits gestes, d’un autre côté vous avez une marge de manoeuvre géniale pour plein de supers initiatives, comme les toilettes sèches, la récupération d’eau et pourquoi pas la production potagère 🙂
      Je ne suis pas bien sûre, du coup tu participes au concours ?

      Aimé par 1 personne

      1. Pardon pour la « non-clarté » de mon message ! Oui, je participe !!! J’adore l’idée d’avoir un petit « Croc-Poubelle » dans mon sac lors de mes virées citadines 😉
        Oui, on a une marge de manoeuvre super, mais comme je suis quelqu’un de pressé (hum, hum), je trouve que les choses mettent du temps à se mettre en place. Nous avons toute une vie pour tendre vers une vie plus écolo et plus autonome, mais il faut le temps de les mettre en place 😉
        Les toilettes sèches et la récupération d’eau devraient être opérationnels au plus tard à la rentrée. Notre système de phytoépuration d’ici à la fin de l’année (là on se prend la tête à trouver le bon système…). La production potagère : on aimerait démarrer tranquillement dans les mois à venir (mais il y a un gros boulot de rationnalisation du jardin à faire avant pour déterminer le meilleur emplacement…).
        Du coup, effectivement pour les gestes du quotidien, c’est pareil. Il faut le temps de découvrir les possibilités autour de chez nous et qu’on se laisse le temps de finir de nous installer, et d’accueillir notre petit…. (Pressée : je t’ai dit ! 😉 )

        J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s