Accro

Vous connaissez la parabole de la paille dans l’œil du voisin et la poutre dans le sien – où comment on se voile parfois salement la face sur nos propres travers ?

Au milieu de cette déferlante d’aveux, de cette vague de révélations, je me glorifiais tranquillement d’être clean, alors même que j’étais en train de préparer ma dose !
Sérieusement, la prise de conscience a été rude, un vrai choc pour une fille saine comme moi… Un peu comme cet alcoolisme mondain, tellement chic qu’il ne dit pas son nom : whisky fumé 20 ans d’âge et champagne millésimé, franchement, ça ne fait pas poivrot !
Moi c’était pareil, jusqu’à ce que je chausse des lunettes de lucidité : tous les jours, trois fois par jour, où que j’aille et quoi que je fasse, c’est sûr, ce n’est plus récréatif !

J’ai même pris l’habitude d’apporter ma conso personnelle quand je suis en déplacement, même chez les amis. Et depuis que j’ai compris que mon fournisseur habituel avait l’habitude de couper son matos avec des trucs un peu louches, je suis en recherche active d’un substitut. Sauf que l’inconvénient, c’est que personne ne te vend de came pure au détail, il faut acheter en gros – et je vous le dis, je vois déjà les conséquences : à 14h, la 3ème prise du jour est déjà loin, et je sais bien que je ne tiendrai pas jusqu’à demain !

Le pire, c’est que je ne peux même pas vous promettre de lever le pied, au mieux je peux essayer d’aller vers des alternatives pour limiter la casse.

Franchement, Aileza, sans toi, j’aurais encore la conscience légère, à engouffrer chaque jours cuillère sur cuillère… de compote d’abricots, cette drogue dure.

 


Ceci était bien entendu ma première contribution aux apéros cosmiques de la Cacahouète (mon téléphone propose « apéros cosmétiques », on tente quand ? 😉 ) que je rejoins avec plaisir.

visuel-apero
Je suis désolée pour mes interventions pointillées, mais une variation sur la compote d’abricots est plus facile à taper dans le métro qu’un billet circonstancié sur le contrat social ou mes questionnements sur les pertubateurs endocriniens (mes deux chantiers en cours) et ne nécessite pas de connexion, contrairement aux commentaires… Et ça change bien les idées quand les red Tuesdays font suite aux blue Mondays…

Promis, bientôt je vous réponds, je commente et j’écris un pavé, je sais que ça vous manque 😉 En attendant, tchin tchin !

 

 

 

Publicités

20 réflexions sur “Accro

  1. J’adore la légèreté de ton article. C’est vrai pour la compote d’abricots tu l’avais noté dans les liebsters. Etrange comme drogue mais au moins, ça ne fait de mal à personne 😉

    J'aime

    1. Merci pour ton aide, il va peut-être falloir que j’y recoure en effet… Je viens de découvrir ton blog, sache que je suis aussi une grande adepte de mettre toutes les couvertures, tous les plaids, coussins et oreillers de la maison au même endroit et de m’enfouir dedans quand je suis triste, alors je m’inscris quand tu ouvres ton cabinet de couettologie !

      J'aime

    1. Oui, en effet, la descente aux enfers a été rude… d’abord la rhubarbe, puis la poire, et maintenant l’abricot… Mais le pire, c’est que j’ai testé la pêche de vigne, et ça, quand on y a gouté…

      J'aime

  2. Quel aveu ! Je ne te connais pas ou si peu (grâce aux pavés que tu laisses ça et là sur la blogosphère) Et je découvre une fille complètement shootée à la compote d’abricots 😀
    Bienvenue aux apéros cosmiques, tu y as toute la place !
    PS : Je dois avouer que je ne suis pas insensible à une bonne compote d’abricots^^

    J'aime

    1. C’est drôle, j’ai mes compotes habituelles au frigo, mais j’ai aussi des compotes de voyages, et ça dépanne bien quand on est à court (mais par contre, les gens te trouvent assez bizarre quand tu achètes des pom’potes alors que tu n’as pas d’enfants :p )

      Aimé par 1 personne

  3. La compote d’abricot, ah, ah… J’espère qu’elles sont bio ! l’autre jour j’étais au supermarché et je commence à mettre dans mon caddie 3 grosses boites énormes de pom’pote bio à la pomme et une dame me regardait étrangement….je lui dis, ben oui, mon fils à 19 ans et il est accro au pom’pote pendant les partiels… Une autre s’approche et me dit :  » oh ben moi il a 36 ans et il mange aussi beaucoup de pom’pote. Tu vois, y’a pas d’âge pour la compote !
    je découvre ton blog avec plaisir.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s