Always Look On The Bright Side Of Life !

La galette a été savourée, les guirlandes soigneusement rangées, ça y est, c’est bon, c’est la nouvelle année ! Alors sur un petit air des Monty Pythons (pour les connaisseurs !), je vais vous parler de mes bonnes résolutions.

Je n’ai jamais été adepte des grandes résolutions, du genre « je perds 5 kilos » ou « j’arrête de fumer » (c’est plus facile quand on n’a jamais fumé 😉 ), parce que je les trouve intenables. En revanche, si on regarde la nouvelle année comme une forme de renouveau, ça peut être sympa de puiser dans cette énergie pour réorienter un peu le gouvernail vers de bonnes habitudes

Little big news

Mais avant d’aller plus loin, une vraie petite résolution déjà accomplie – je vous avais dit que je voulais mettre un peu d’ordre dans ce blog, ça y est : commentaires à jour, illustrations à jour, nouvelle bannière (je n’arrive pas à savoir, c’est mieux ou pas ?) et surtout, je vous avais dit que j’allais me mettre aux réseaux sociaux, et… JE L’AI FAIT ! j’ai créé une petite page Facebook pour ce blog, afin que les intéressé(e)s puissent être au courant des nouveaux billets. Alors bien sûr, c’est le début, donc ça risque d’être laborieux, mais je vous promets que je vais faire un effort ! Pour devenir mon ami(e), comme au bon vieux temps de la cour de récré, c’est par ici ou dans la page contact du petit menu caché en haut à droite.

Invitation à la joie

Passons aux choses sérieuses à présent. Vous le savez (ou pas), j’ai commencé l’année 2015 au fond de la dépression, l’année 2016 avec un début d’espoir, et l’année 2017 avec l’envie de rattraper le temps de bonheur perdu. Et on dirait que ça se voit, puisque pour Noël, ma mère m’a offert Les 4 saisons de la bonne humeur, un guide écrit par le bien nommé Professeur Lejoyeux (authentique !) qui aide à se donner toutes les cartes en main pour être de bonne humeur.

On ignore trop souvent (en tout cas, je l’ignorais trop) que la bonne humeur ne se joue pas que dans la tête. Apparemment, les études convergent à démontrer que l’activité, le rythme, l’alimentation, le sommeil… ne jouent pas que sur notre forme mais aussi sur notre bonne humeur.

Alors moi, petite citadine sédentaire, flemmarde et épuisée, je me suis dis que ça pouvait être une bonne ligne de conduite, dans le genre spirale vertueuse. Je ne me fixe pas d’objectif chiffré, précis, ni de consigne intangible, parce que je sais que je n’ai pas l’autodiscipline nécessaire ; par contre, chaque jour, je repense à ces petits principes, et je m’efforce d’en appliquer quelques un. Comme je suis hypersympa en ce début d’année (parce que sinon, attention je mords), je vais vous donner quelques astuces tirées du livre – saison « Hiver » pour commencer. Pas de grande révélation, juste du bon sens pour la plupart des gens, « mais pour moi ça veut dire beaucoup ! » :

Dormir assez, dormir bien
  • Sans surprise, un bon sommeil aide à être de bonne humeur. Mais ça ne suffit pas, il faut dormir au bon moment. Avoir un rythme régulier améliore le sommeil, donc la forme. Il semble aussi qu’être plus matinal en hiver soit meilleur pour le moral, parce qu’on est recalé sur le cycle de la lumière naturelle. Et il faut éviter de faire la sieste en hiver, parce qu’on se réveille alors que le jour décline, et que le cerveau n’arrive pas à se réactiver – bilan, on est encore plus fatigué après qu’avant.

Pour moi, ça faisait 3 zéros pointés sur le sommeil : je suis très irrégulière, j’ai cessé d’être du matin depuis la dépression, et je faisais énormément de siestes. Du coup, depuis quelques temps, j’essaie de me forcer à me lever plus tôt et à ne pas me recoucher dans la journée, et de ne pas me lancer dans d’interminables soirées sur l’ordinateur à bosser ou à bloguer – et la bonne nouvelle, c’est que l’un se nourrit de l’autre : moins de sieste, c’est plus de temps pour bosser la journée, donc moins de travail le soir !

Le plein de soleil
  • Apparemment, il faudrait au moins une heure de lumière intense par jour pour entretenir la bonne humeur. Soleil ou lumière électrique, peu importe, mais le cerveau en a besoin !

J’ai toujours su que j’étais très héliosensible, mon mari m’appelle même parfois « petit tournesol ». A chaque éclaircie, je perçois le changement de luminosité (ce magnifique doré, les ombres qui se précisent) et mon cœur fait un petit bond ; à chaque nuage qui passe, il plonge un peu. Alors évidemment, les hivers du Nord de la Loire ne m’ont jamais fait de bien, sauf ces journées adorées sans nuages où on va se promener par -5° en se mettant plein les yeux de cette lumière cristalline et transparente de froid.

Pour compenser un peu, mon mari m’a acheté il y a plusieurs années un lampe de luminothérapie, que j’ai bien trop laissée dans sa boîte. Maintenant, elle est sortie, avec sa place attitrée dans le salon. Mais surtout, je me force à mettre les pieds dehors pour prendre la vraie lumière du jour, même si elle est un peu terne et que la pluie me coule dans le cou. Et, encore une bonne nouvelle, sortir se promener quand il fait jour, ça marche aussi avec le point suivant !

Bouger, bouger, bouger
  • Faire du sport, c’est bon pour la santé et la bonne humeur (pour cette information, je vous prie de me décerner le Pulitzer de la journaliste d’investigation ; et pour la découverte, le Nobel de médecine. Merci)

Adrénaline en baisse, endorphines en hausse, toussa toussa… Rien de nouveau sous le soleil, mais ça fait du bien de se le rappeler ! Alors en attendant de trouver ce fichu cours de danse parfait, j’essaie d’aller marcher même si je n’ai pas d’objectif, et je fais un peu de sport à la maison. Mais clairement ce n’est pas assez, il me FAUT un cours motivant et pas trop inaccessible.

La bonne humeur est aussi dans l’assiette (et dans le mug)
  • Quelques bonnes habitudes en plus, quelques mauvaises en moins, et le moral remonte : du poisson et de la bonne huile pour les omégas 3, pas trop d’aliments raffinés et plus de produits fermentés pour soigner le microbiote (qui, en aimable compagnon qu’il est, nous fabrique naturellement de la sérotonine), du thé noir pour la régulation des neurotransmetteurs ET le microbiote (pas trop quand même, attention à l’anémie)…

Là, c’est à la fois facile et difficile… Facile, parce que ça recoupe quasiment tout ce qu’on lit ailleurs pour tout plein d’autres motivations ; difficile parce que les mauvaises habitudes ont la dent dure ! Mais j’y travaille, et la perspective de la grossesse m’encourage de toute façon à améliorer tout ça.

La troisième bonne nouvelle (ça pullule par ici !), c’est que tout ça est bon pour la ligne : dormir et prendre sa ration de soleil, ça coupe les fausses sensations de faim, bouger ça brûle des calories, manger moins de bêtises… ben ça évite de grossir ! Je n’ai pas trop à me plaindre niveau poids, mais j’ai quand même gentiment pris 2 bons kilos en 2016 à cause du boulot (merci grignotage de stress et manque de temps pour faire des vrais repas), et je sais que je me sentirai bien mieux s’ils repartent en 2017.

Et dans la tête ?

Parce que bien sûr, la bonne humeur c’est aussi dans la tête, voici quelques autres astuces du Pr Lejoyeux (sérieusement, vous y croyez, vous, à ce nom prédestiné ?) pour un hiver de bonne humeur :

  • se réjouir à l’avance des bonheur futurs (le « nexting »)
  • rire, et tenir un carnet de rire (où on note ce qui nous fait le plus rire)
  • écouter sa playlist dynamisante
  • lire son carnet d’adresse pour se rappeler qu’on a des gens qui nous aiment et sur qui on peut compter
  • aller apprécier une œuvre d’art en prenant son temps, pour baisser le stress et activer la créativité
Petit bonus

La petite astuce bonus, expérimentée hier soir  complètement à l’arrache, et qui explique pourquoi je poste ce billet seulement aujourd’hui : se faire un joli chez soi.

Mon mari passe son temps à dire que c’est moche chez nous, parce qu’il n’y a aucune déco, alors que les voisins ont tous de très beaux intérieurs. Subitement, j’en ai eu marre, je suis allée avec mes petits pieds acheter un peu de matos au magasin le plus proche, et en 6h chrono, j’ai : – changé les pieds du lit, – rangé tout ce qui avait sa place sous le lit et qui traînait depuis qu’on avait changé de sommier, – mis une nouvelle parure de draps, – monté des étagères – disposé les meubles, – fait des dessins pour mettre dans des cadres, – imprimé des photos pour mettre dans des cadres, – cousu des housses de coussins, – jeté tous les cartons de livraison qui trainaient depuis Noël, – acheté des fleurs, – appris à jeter joliment un plaid sur le canapé, – positionné des lampes, un miroir, des vases, des fruits, – rangé et nettoyé tout le bazar préexistant et celui que j’avais commis dans ma furie décoratrice, et finalement accueilli mon mari parti depuis 3 jours… (Ouf !)

Et quel bonheur de le voir content, et ce matin de retrouver ma jolie petite installation… Bonne humeur garantie 🙂

Non, je n’ai pas « pas le temps » !

Mon autre résolution, c’est un peu un mensonge de l’appeler résolution, parce que j’ai commencé à l’appliquer en novembre, vu ses bienfaits en décembre, et mais seulement trouvé comment la formuler au Nouvel An (pas toute seule avec mon cerveau, non, sur Internet comme une brave petite citoyenne du 21ème siècle). Mais j’ai décidé qu’elle allait changer ma vie, alors comme je suis vraiment sympa (en début d’année, on a dit ; après on verra, hein), je la partage avec vous (enfin, celles et ceux qui ne l’auront pas vu passer 100 fois sur Facebook) parce qu’elle n’est pas très compliquée.

Il suffit de remplacer « Je n’ai pas le temps  » par « Ce n’est pas ma priorité », et ça aide à remettre les idées et les priorités en place. Ça nous rappelle que ce qu’on fait de notre temps est un choix.

Je l’ai vécu sans le savoir début novembre, quand j’ai craqué d’épuisement devant la psy, en lui disant que je ne savais pas comment j’allais, en un seul weekend, finir mon boulot (oui, donné le vendredi pour le lundi), corriger mes travaux d’étudiants, finir de coudre le cadeau pour les 30 ans d’une copine et aller à son anniversaire dans un gîte à 2h de chez nous. Le médecin m’a dit « Lorsqu’on est débordé, il faut faire des choix. Par exemple, coudre un cadeau pour votre amie, ce n’est peut-être pas indispensable…« 

Et là, ça a fait TILT, je lui ai répondu direct : « Non, faire moi-même son cadeau de 30 ans, c’est ce dont j’ai vraiment envie. Ce qui n’est pas normal, c’est de ne pas avoir le temps de le faire à cause du travail !« 

J’ai finalement réussi à tout faire en repoussant un peu mon départ, mais après, j’ai changé mon attitude au boulot. Pour (re)poser le contexte, je suis vacataire dans le public, ça signifie entre autre que je n’ai aucune certitude pour le semestre voire le mois prochain, que je suis payée avec un mois de décalage minimum, que je n’ai pas de congés (ni payés, ni maladie, ni maternité), que je n’ai pas de prime de précarité à la fin et que toucher le chômage entre les missions est un parcours du combattant. Et pourtant, je me suis défoncée sur ma mission, parce qu’elle a de l’importance pour notre laboratoire, parce qu’elle m’intéresse, parce que je travaille avec ma directrice de thèse et que je veux faire mes preuves, et parce que je suis perfectionniste. Du coup, j’étais hyper-proactive, et on me donnait encore et encore des choses à faire, je proposais d’en faire plus, je rendais service… Jusqu’à ce weekend de novembre.

A partir de là, j’ai continué à faire mon travail soigneusement, à être force de proposition, mais j’ai arrêté de me porter volontaire pour tout, j’ai parfois dit non, ou alors simplement « oui, mais pour la semaine prochaine », j’ai laissé trainer les mails reçu le vendredi soir, j’ai écouté ma fatigue quand je sentais qu’aller à cette réunion allait être une catastrophe… Et le bilan est plus que favorable : je me sens mieux, moins fatiguée, plus épanouie dans mes autres projets et… je continue à recevoir des remerciements et des félicitations pour mon travail ! Comme quoi recadrer mes priorités valait vraiment là peine…

Je me doute que mon cas est assez particulier du fait de ma très grande autonomie d’organisation de travail, mais je suis sûre que tout le monde à quelque chose à gagner à garder en tête qu’on a une marge de choix dans l’usage de notre temps. Et la technique du changement de phrase est dramatiquement efficace !

Comparez vous-même :

  • Aller chez le médecin pour soigner cette toux qui m’empêche de dormir / ce mal de dos qui me gâche la vie / cet asthme qui me ralentit ? Je n’ai pas le temps !
  • Aller chez le médecin pour soigner cette toux qui m’empêche de dormir / ce mal de dos qui me gâche la vie / cet asthme qui me ralentit ? Ce n’est pas ma priorité !

  • Passer une soirée en amoureux pour me reconnecter avec mon conjoint ? On n’a pas le temps !
  • Passer une soirée en amoureux pour me reconnecter avec mon conjoint ? Ce n’est pas notre priorité !

  • Appeler mon amie qui n’a pas le moral ? Je n’ai pas le temps !
  • Appeler mon amie qui n’a pas le moral ? Ce n’est pas ma priorité !

  • Lire une histoire aux enfants ? Je n’ai pas le temps !
  • Lire une histoire aux enfants ? Je n’ai pas le temps !

Bien sûr, on n’a pas tous la même marge de manœuvre pour retirer d’autres activités moins « prioritaires » : l’aisance financière, le nombre d’enfants, le type de métier, l’entourage professionnel, la distance au lieu de travail… tout cela joue sur notre possibilité de re-priorisation. Mais je vous invite vraiment à y penser, parce qu’on n’a qu’une vie (en tout cas c’est ce que je crois), alors ça vaut la peine de réfléchir à ce qu’on fait de chacune des heures qui nous sont allouées.

Hum, cette conclusion fait un peu dramatique pour un billet à rallonge qui a commencé par parler de bonne humeur, mais je vais la laisser telle quelle, parce que c’est VRAI ! Et aussi parce que ça ouvrira peut-être la porte à quelques billets suivants sur le sujet un peu sérieux des choix qu’on fait pour nous et pour les autres.

Mais on peut être sérieux ET de bonne humeur, alors gardez le sourire !  

Publicités

33 réflexions sur “Always Look On The Bright Side Of Life !

  1. Je l’aime bien ce billet 🙂 Il est joyeux et sérieux à la fois.

    Ces conseils du Dr Lejoyeux (je crois que moi aussi j’ai un doute sur l’authenticité du patronyme…) sont plein de bon sens.

    J’ai de la chance, je ne suis pas une grande dormeuse et je m’endors facilement. Je me réveille parfois au milieu de la nuit mais jamais bien longtemps. Clairement je suis du matin, le soir dès 22h mes paupières sont lourdes, louuuuurdes… et à 22h30 plus personnes ! Mais le matin à 7h aucun problème.
    Comme toi je suis totalement hélio-sensible. A la fin de nos études, nous avons passé 1 an et demi avec mon mari en Belgique puis dans le Nord, et j’ai vraiment eu beaucoup beaucoup de mal avec le climat. Nous sommes donc redescendus plus au sud assez rapidement, mais en gardant de supers amis la haut !
    Le sport, hum comment dire… c’est mon gros point faible ! A améliorer en 2017…

    Effectivement beaucoup de choses deviennent possible quand on revoit ses priorités. C’est d’ailleurs quasi toujours ce qui se passe avec l’arrivée d’un enfant. On a l’impression de ne pas avoir de temps avant de devenir parents, et puis finalement quand bébé est là, et bien on trouve toujours le temps pour s’en occuper. Et parfois on se demande qu’est ce qu’on pouvait bien faire de nos journées avant 😉

    J'aime

    1. Merci pour ton message 🙂
      Ça doit être assez chouette d’être du matin naturellement quand on a un petit enfant, j’imagine qu’on subit moins ses « maigres matinées » ! Pour ce qui est de changer les priorités quand arrive un bébé, j’ai l’impression que les femmes ont plus tendance que les hommes à (s’accorder le droit de ?) réorganiser les priorités, prendre un temps aménagé etc. J’espère que les choses évolueront dans le bon sens pour que tout le monde puisse vivre la vie qu’il souhaite 🙂

      Aimé par 1 personne

      1. Oui finalement le plus important c’est bien que finalement tout le monde y trouve son compte !
        Et tu as raison, être du matin est clairement un avantage avec un bébé ^^ Il m’arrive même de me réveiller avant ma fille le week end ! 😉

        J'aime

  2. Encore un article très dense. Tu es en forme pour la rentrée !!
    Perso, j’aime bien ta nouvelle bannière, elle est pétillante, colorée, pleine de joie et de bonne humeur.
    Je suis d’accord avec toi sur tout ce que tu dis. Pour moi le sommeil c’est important. Maintenant que mon burn-out est dernière moi et que ma fille est plus régulière dans son sommeil, j’ai repris mes habitudes de sommeil et ça fait du bien. Je me couche toujours plus ou moins à la même heure et me lève aussi à la même heure (bon pour ça on va dire que j’ai l’aide de ma fille. Je me sens bien moins fatiguée et d’avoir retourver un regain d’énergie.
    Prioriser ses activtés, ses obligations, ce dont on a envie ou non, est important, tu as raison. Il va falloir que je travaille dessus pour ne pas me laisser envahir par la culpabilité de ne pas avoir le temps de tout faire. Je vais laisser tomber le « j’ai pas le temps ».

    J'aime

    1. C’est marrant, ma première réaction à « tu es en forme » est de le prendre comme du sarcasme parce que tout le monde me dit que je parle trop, mais je vais choisir l’hypothèse d’un compliment 😉 Alors merci (et pour la bannière aussi !)
      Pour le sommeil, finalement, on peut se dire que c’est une chance pour la bonne humeur d’avoir un petit lutin dans les starting-blocks à 6h55, ça recale 🙂
      Quant à la culpabilité, je crois que je partage(ais) ton sentiment, mais de plus en plus, je me dis que faire plus que 24h par jour, c’est « faisable » à court terme, mais qu’on le paie cher après, de tellement de façon après : le moral, la santé, la qualité de ce qu’on fait, les relations qu’on a tissées et entretenues avec les gens…
      Du coup, je reformule aussi, en me disant « je ne fais pas ça (ou alors pas maintenant), parce que ça me permettra de mieux faire le reste (y compris prendre soin de ma relation avec mon mari / ma famille / mes amis, ou de ma santé, ou alors d’être plus efficace au travail la prochaine fois, ou bien de me sentir mieux chez moi, etc.) »
      Je crois que ça me donne envie d’écrire un jour sur cette propension à culpabiliser de ne pas être ce qu’on croit que les autres attendent…

      J'aime

      1. Ce n’était pas sarcastique du tout, mais un compliment. Je suis désolée si j’ai pu te froisser. J’aime tes billet à rallonge, tu as toujours des choses intéressante à dire. Et ça ne se voit peut-être pas comme ça, mais ma mère et ma soeur me reproche à chaque fois que l’on se voit de trop parler aussi, ce qui à le don de m’exaspérer.

        J'aime

        1. Pouf pouf, je me rends compte que je ne t’ai pas encore répondu, et que si c’était dans l’autre sens, je serais encore en train de me demander si la personne est vexée/blessée… Donc au cas o^ù tu serais comme moi (et quelque chose me dit que sur ce point, c’est probablement le cas), je te rassure, je n’ai pas du tout été froissée, justement je me suis dit qu’il fallait que j’apprenne à réfréner cette projection négative, ça me fera du bien 😉

          J'aime

  3. Très intéressant !
    Bon alors, je vais commencer par le début : j’aime bien ta nouvelle bannière, elle semble collée à ta personnalité (du moins ce qu’on en aperçoit à travers tes billets !). Concernant FB : je n’y suis pas non plus. Il va falloir que je m’y résolve pour le lancement de ma boîte mais c’est un pas psychologique que je n’arrive pas encore à franchir 😉 Donc je vais attendre un petit peu pour aller t’y suivre.
    L’impact de notre environnement sur notre humeur : c’est vrai qu’on a tendance a oublié que nous évoluons dans un environnement spécifique… Actuellement, mon sommeil est quelque peu perturbé, et clairement, mon état général s’en ressent ! Tout comme si je n’ai pas mon heure de balade quotidienne (oui, j’ai le luxe de pouvoir le faire), ben je suis d’une humeur massacrante ! Les quelques astuces que tu partages, me donne la curiosité d’aller jeter un œil à ce bouquin…
    Le changement d’expression « ce n’est pas ma priorité » au lieu de « je n’ai pas le temps » : c’est impressionnant comme une tournure de phrase change tout ! Je vais essayer de l’appliquer pour voir si l’impact est aussi fort qu’il parait !

    J'aime

    1. Merci !
      (Pour FB, je dois dire que comme tu as pu t’abonner WP, tu n’as sans doute pas besoin, parce que je n’ai pas spécialement l’intention de créer du contenu là-bas dont ils pourraient se considérer propriétaires !)
      Tu m’intrigues avec ta balade : tu vas juste te promener, ou tu as un but ? ça m’intéresse parce que de mon côté, j’ai du mal à aller marcher en ville sans objectif – alors qu’à la campagne, pas de problème.

      Aimé par 1 personne

      1. Pour la balade, j’ai un chien qu’il faut sortir 2 fois par jour 😉 Oui je triche un peu… Du coup, sa balade du matin (ou début d’après-midi) dure environ 1h, et on a la chance d’avoir les bords de Marne à proximité, du coup c’est plus facile de sortir qu’en ville. A la campagne : c’est beaucoup plus simple de sortir et de se balader sans objectif, je suis tout à fait d’accord avec toi.

        J'aime

  4. Alors, j’adore ta nouvelle bannière.
    Et concernant c’est pas ma priorité, je suis bien d’accord avec toi. cela fait un moment que je fonctionne de cette manière et ça permet vraiment d’être acteur de ce que l’on fait.
    A ce sujet, Isabelle Filliozat explique bien l’importance de formuler des phrases en positif et non pas avec des négations pour que les enfants comprennent mieux (et le adulte aussi). Je trouve que ça a un vrai effet. Alors au début on galère aussi et on réfléchi beaucoup et au fur et à mesure, c’est plus naturel. 😉

    J'aime

    1. Merci pour la bannière 🙂
      Pour la formulation positive, en fait il faudrait donc plutôt préférer « j’ai d’autres priorités » à « je n’ai pas le temps’, comme ça on fait d’une pierre 2 coups !
      Et pour parler aux petits, j’ai un peu essayé avec les enfants de mes amis, c’est vrai qu’on se retourne la tête quand on n’a pas l’habitude ! 🙂

      Aimé par 1 personne

      1. Oui, mais à force, ça va mieux. J’ai adopté « Doucement avec …  » (au lieu de ne tire pas sur les décoration par exemple) , « laisse tranquille »(au lieu arrête d’embêter), …
        Mais je crois que doucement est mon préféré car on peut l’utiliser dans pleins de situation.

        J'aime

  5. J’aime beaucoup ta nouvelle bannière, elle est gaie et colorée, à l’image de tes nouvelles résolutions. Merci pour cet article motivé et motivant. Je trouve génial de pouvoir classer tes priorités. En tant que prof dans le secondaire, j’ai la chance d’avoir beaucoup de temps et surtout, d’avoir l’impression d’en profiter!
    Je vais aller faire de ce pas un tour sur ta page Facebook !

    J'aime

    1. 🙂
      C’est vrai que les enseignants ont plus de marge de manoeuvre – enfin, ici et maintenant, ma soeur qui fait collège lycée en Angleterre est en présentiel obligatoire au moins 30h par semaine, avec impossibilité de choisir ses congés (logique, sauf que du coup elle a dû attendre 6 semaine avant de pouvoir recevoir le technicien internet ! )
      Quand FB, je vais essayer d’en faire quelque chose, mais pour l’instant, c’est plutôt un panneau d’affichage en liège dans le couloir !

      J'aime

  6. Je voulais finir de lire ton article mais je n’ai pas le temps…😋
    C’est tout un programme et je te souhaite bon courage !
    Je suis aussi très sensible à la luminosité, pour mon mari je serais plutôt une pile solaire 😊
    P.s : je valide ta nouvelle bannière, elle est pleine de peps.

    J'aime

    1. Oulala, je vais finir par me dire que je suis VRAIMENT trop bavarde alors 😉
      Mais le principe, c’est que ce n’est pas un vrai programme, juste un idéal que je garde en tête pour améliorer mon attitude quand j’ai le courage (et je peux l’avouer, les 2 jours qui ont suivi cette publication on été anti-bonne humeur au possible, mais je crois que c’est parce que j’avais oublié mes médocs…)

      J'aime

  7. Pour commencer, j’aime bien ta nouvelle bannière ! Elle est sobre et gaie. Ensuite, je suis tout à fait d’accord avec ce que tu avances. C’est du bon sens, mais ça fait du bien parfois de le dire. ça fait très longtemps que j’ai banni l’expression « je n’ai pas le temps ». Je l’ai remplacé par « je ne prends pas le temps » et c’est vrai que ça permet de beaucoup relativiser !
    Et c’est dingue, je ne suis jamais prévenue quand tu publies un nouvel article, c’est dommage, j’en rate 😦 (bon, je me rattrape ensuite hein !)

    J'aime

    1. Merci 🙂
      Pour les publications, je crois que c’est lié à la façon dont on s’abonne, si tu es passée par le bouton WordPress, il met juste les articles dans ton lecteur sans envoyer de mail. Et comme je n’ai pas trouvé comment mettre un Widget d’abonnement (je ne sais pas si c’est possible avec la version gratuite), je ne suis pas sûre que ce soit possible de faire autrement… Mais je vais explorer ça !

      J'aime

      1. Normalement c’est possible. Je suis en version gratuite aussi et j’ai pu mettre le widget. Peut être que ça dépend du thème mais je trouverais ça bizarre… Les voies de wordpress sont impénétrables !

        J'aime

        1. Wahou, Flora !
          Grâce à toi j’ai ENFIN réussi à changer mon menu de sidebar, enfin j’ai ENFIN fait l’effort de chercher vraiment comment on fait ! Et du coup, maintenant j’ai un bouton d’abonnement, mais aussi un menu visible !
          C’est fantastique ! (et un peu de la faute de WP si ça a traine, il me met des bâton dans les roues pour aller vers mon menu admin, mais maintenant, j’ai compris – quand je dis que je suis pas internet savvy, c’est pas une blague…)
          Bref… Merci Merci MERCI !

          Aimé par 1 personne

  8. Tout d’abord cette bannière est très belle et pleine de peps. Un peu comme cet article qui m’a donné le sourire et envie d’appliquer tous ces bons conseils. Merci de cette touche de bonne humeur en ce vendredi soir 😊

    J'aime

  9. C’est marrant, le titre de mon prochain article est aussi une phrase en anglais qui dit quelque chose approchant… promis j’ai pas copié (enfin je crois que j’ai copié quelqu’un sur Hellocoton, mais c’est pas toi) (et Hellocoton, alors, c’est pour quand ??) (oui, je sais, donnez-leur un doigt…) 😉 Bon, pas merci pour les « Twidi, twidi twidi twidi » que j’ai dans la tête maintenant.

    Félicitations en tout cas pour ces résolutions positives ! J’espère que grâce à tout cela tu passeras une super nouvelle année 🙂 Et sans aller jusqu’à appliquer tout cela rigoureusement, je vais essayer de m’en inspirer 😉

    Pour l’anecdote, j’ai aussi depuis longtemps adopté la variante : « je n’ai pas pris le temps » au lieu de « je n’ai pas eu le temps »… Sûrement (je pense que ça date du lycée, j’ai eu le temps d’oublier la raison :p) après avoir constaté qu’on me servait souvent cette excuse pourrie, et m’être dit que charité bien ordonnée commençait par soi-même. On a toujours le temps, comme tu le dis, c’est juste une question de priorités.

    J'aime

    1. Ahaha, désolée pour les twidi twidi, en plus celle là elle colle vraiment au cerveau !
      Pour HC, promis, j’ai essayé, mais je n’ai pas passé le cap de l’inscription, ça s’est bloqué tout seul à plusieurs reprises et sur plusieurs connexions différentes :/ Mais je vais réessayer un de ces jours, maintenant que je suis rassurée sur ces histoire de propriété intellectuelle 🙂
      Bon courage avec tes presque résolutions !

      J'aime

  10. Merci pour ce billet frais de début d’année ! Je me retrouve beaucoup dans tes résolutions, et, il y a déjà quelques années, j’ai une très bonne amie qui m’a fait prendre conscience de l’importance de tous ces détails du quotidien sur notre moral en général.
    Cela m’a fait un bien fou ! D’autant plus que ce n’est pas du tout dans mon caractère naturel (ni dans le tien, de ce que je perçois de ta personnalité à travers tes billets 😉 ) de prendre le temps d’écouter mes besoins, même ceux aussi vitaux que dormir ou manger.
    Cette amie m’a beaucoup aidée, pas à pas, à trouver un équilibre plus centré sur mon bien-être physique : choisir d’aller se coucher plus tôt lorsqu’on se sent fatiguer, apprendre à dire non quand le repos est nécessaire (puisqu’en temps normal, comme toi, je n’arrive jamais à choisir et je mène tout de front, côté boulot, côté amitié, côté famille, etc….), prendre le temps de se sentir bien, que cela passe par un nouvel article dans sa garde-robe ou, comme tu l’as fait, arranger son intérieur pour se sentir bien chez soi.
    Bref, tous ces petits exemples que tu cites, je les connais, et ma vie est plus légère, depuis que je les applique au quotidien.

    Mais, sans vouloir miner ton bel enthousiasme, même en sachant tout cela et en voyant le bel impact positif que cela a sur ma vie, je me laisse quand même souvent déborder, et je m’éloigne de ces petites résolutions du quotidien. Parfois, notamment en période surchargée ou en période de stress, je passe des semaines, voire des mois sans prendre ce temps nécessaire pour me recentrer sur mes priorités (d’ailleurs il va falloir que j’applique systématiquement au quotidien cette devise que tu cites. Dis comme ça, ça paraît tellement plus simple de faire des choix !). Bref, dans ces périodes de stress intense (tiens, comme en ce moment, par exemple ! 😉 ), c’est souvent l’écriture qui me ramène à l’essentiel. Lors de ma dernière grossesse, j’avais tenu un petit journal au jour le jour, pour exprimer mes angoisses ou mes bonheurs. Idem au moment de ma dépression post partum, où je me forçais chaque jour à noter un petit bonheur vécu dans la journée, que ce soit un sourire de ma fille ou le fait que le chauffeur de bus m’avait attendue à l’arrêt. Et ça m’avait vraiment aidée à sortir la tête de l’eau.

    Le Bonheur, le vrai, le beau avec une majuscule, n’est, somme toute, qu’une collection de petits bonheurs, n’est-ce pas ?

    J'aime

    1. Oulala, presqu’une semaine pour répondre ! La honte !!
      Bon, ton amie, elle fait du coaching ou pas ? Parce qu’elle a l’air pleine de sages conseils !
      Pour ce qui est de mon enthousiasme, ne t’inquiète pas, il est retombé tout seul en 2 jours, pour remonter ensuite et retomber à nouveau, je crois qu’on est à la troisième vague aujourd’hui 😉 Heureusement, comme tu le dis, en attendant, on continue d’accumuler les petits bonheurs !
      J’espère que tout se passe bien pour toi, à bientôt, bises

      J'aime

  11. Je prends enfin le temps de lire tes articles et de rattraper mon retard 🙂 . Je pourrais te dire que ce n est pas ma priorité en ce moment mais la vraie raison c est que ma liste de lecture est sur Hellocoton (oui je sais c est peut etre bete) et du coup j oublie très vite ce qui se fait en dehors… Alors pour commencer j aime beaucoup ton nouveau design bravo ! Facebook j y suis tres peu présente mais je vais essayer de te retrouver à l occasion 🙂 . Et sinon j aime beaucoup tous ces petits principes de vie certains me semblent évidents (mon rythme de sommeil je ne peux rien faire sans) d autres beaucoup pus difficile (bouger, tu as dit bouger ??). Mais ce livre que tu cites a l air plein de bon sens tu me donnes envie de le lire !

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s